Presse

« If I ever had the talent and ability to create music, Flyingdeadman’s latest EP « The Night » could easily be the blueprint for it. » Merchants of air

http://www.merchantsofair.com/albums/flyingdeadman-the-night?fbclid=IwAR2beWQPBG-sMdr6Qm8Fc9e5BUmghp-zUd8DrvLZm3VVRwZUNs5kSJaimCU

« Le post rock de Flyingdeadman est certainement le plus poignant et le plus déchirant concocté en France et ce disque brûle d’une déprime jouissive » Prog Censor 

https://www.facebook.com/progcensor/posts/787516915185860

« …La tension dramatique qui en découle est ainsi d’une intensité, d’une gravité et d’une beauté bouleversantes. Splendide. » Totoromoon

https://totoromoon.wordpress.com/2020/12/01/flyingdeadman-the-night/

« Ponctué par des extraits de la bande-son originale du film, les compositions sont maîtrisées et comportent leur lot de montée en puissance, sur fond d’angoisse. En fermant les yeux, on peut presque voir les paysages nocturnes. » Blog à part

Flyingdeadman: The Night

« 56 seasons est l’exemple typique de l’album de post-rock qui parvient à être superbe sans sortir des sentiers battus. Les compositions démontrent une maîtrise authentique de la part du groupe, qui ne laisse aucun temps mort. Même les morceaux calmes ont leur part de tension – mais y a-t-il jamais des morceaux vraiment calmes dans le post-rock? » Blog à part

https://alias.erdorin.org/flyingdeadman-56-seasons/

« Si ce n’était le sens de l’épure et l’humilité dont font preuve les deux Bressuirais de flyingdeadman, The Forgotten T​(​h​)​ree pourrait donner l’impression de s’ériger en manuel du parfait petit post-rockeur : progressions martiales (Five Knights Dying), déflagrations massives (One Lover’s Gone), samples de voix sur ondes distantes (Six Lights Shinning In The Night), breaks en apesanteur et autres envolées lyriques, tout y est sur cet EP » Indie Rock Mag

http://www.indierockmag.com/article18255.html

« Avec talent et sans faire de bruit, le duo français Flyingdeadman continue sa route. Il y a quelques jours, Flyingdeadman a donné naissance à son troisième opus, « 56 Seasons ». Premier album paru en 2017 chroniqué chez Totoromoon, il est une merveille de post-rock en clair-obscur… parfait pour bien commencer l’année. » Totoromoon

https://totoromoon.wordpress.com/2017/01/17/flyingdeadman-56-seasons/

« 56 Seasons possède toutes les qualités pour retenir l’attention des amateurs de post-rock instrumental cinématographique. Pas de révolution dans l’exécution des morceaux, mais un travail abouti, très efficace, et qui répond au cahier des charges. Des trouvailles, de la simplicité, des couches superposées de sons, une recherche mélodique indéniable, une démarche sincère et authentique. » Clair & obscur

http://clairetobscur.fr/flyingdeadman-56-seasons/

« 56 seasons est dans la continuité des 2 précédents EP et on se replonge avec plaisir dans cet univers si particulier. Cette fois-ci, en écoutant l’EP des images de la série Les revenants me sont revenus à l’esprit… » Freezec

http://www.freezeec.com/flyingdeadman-56-seasons.html

« FLYINGDEADMAN are an ambient project from France, full of dreamy melodies and delicate passages overcoming an explosion. Delicate landscapes full of movement. » NBHAP

https://nbhap.com/sounds/flyingdeadman-the-forgotten-three

« The seven movements of Sending Fires To The Sky are sprawling melody driven with a strong melancholic vein. Each track has its slow start and a melodic powerful crescendo and the Frech duo prove that they are quite pretty in their execution and the whole album is an easy and engaging listening. » Echoes and dust

https://www.echoesanddust.com/2014/04/flyingdeadman-sending-fires-to-the-sky/